https://hotcanadianpharmacy365.com/drugs/Cialis+Generic/
Grand prix décideur de la Lozère, 25/11/2010

Jean-Pierre et André Orlhac : du bois de tradition au matériel d’avenir

Crédit photo : Christine Caville


Il y a vingt ans, ils reprenaient l’affaire familiale de menuiserie-charpente, à Saint-Chély-d’Apcher, au pays de la forêt, la Lozère. Aujourd’hui, les frères Orlhac sont à la tête du leader régional des charpentes. Mais la société veut encore plus : s’imposer sur le marché des maisons à basse consommation d’énergie.

«Ces quatre dernières années, nous avons investi 1,15 M€ pour assurer la mutation nécessaire de l’entreprise, passée du modèle artisanal à une structure de 29 salariés », raconte Jean-Pierre. Cet économiste gestionnaire a rejoint en 1994 son frère André (« passé par les compagnons en charpente ») à la tête de la Sarl Orlhac, fondée en 1964 par la famille https://vaigeneri..gra/. À l’époque, le tandem hérite d’une menuiserie artisanale, avec 5 salariés.

Veille technologique

Aujourd’hui, l’entreprise affiche une croissance régulière de 10 à 15 % depuis 1995. Leur secret : l’innovation. À 42 et 44 ans, les frères Orlhac veulent avoir un coup d’avance dans tous les secteurs liés à leur activité : la menuiserie extérieure, la charpente ou encore les maisons à ossatures bois. "La veille technologique, c’est une culture maison", assure André. C’est notre père, Jean, qui nous a transmis cela et cette culture a toujours guidé nos choix dans notre gestion d’entreprise. Depuis 2008, en effet, « les produits que l’on propose sont en phase avec la réglementation thermique 2012 pour les maisons à basse consommation d’énergie. Actuellement, on est capables de proposer un produit au top, avec huit ans d’avance sur les maisons passives. » La Sarl lozérienne, pionnière dès 1994 dans la fabrication de menuiseries mixtes bois et aluminium, l’est aussi depuis 2000 pour l’intégration d’outils de taille de charpente à commande numérique.

Des charpentes en kit
« Cela représentait, à l’époque, une révolution de notre métier de charpentier, aussi bien au tracé de la charpente qu’à la taille et à la pose, se souvient André. Cela a nécessité la création d’un bureau d’étude interne à l’entreprise avec conception assistée par ordinateur, qui emploie actuellement 5 personnes. » Ce dernier investissement de 815 000 €
(30 % du CA de l’entreprise en 2006) a surtout permis à l’entreprise de proposer sous une deuxième infrastructure,
Charpentes du Massif central, des charpentes en kit aux professionnels de la construction, et d’ouvrir ainsi son offre sur l’axe Clermont-Ferrand-Montpellier, « à des marchés sur lesquels sans cela, on aurait perdu pied ».

Idelette Fritsch

Source :
http://www.lesgrandsprixobjectif.com/site/les-grands-prix-objectif-2009/LES-GRANDS-PRIX-OBJECTIF-2010_1_576.html